01 42 57 75 88
Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Le Chef Opérateur : préparation d’une fiction (aspects artistiques, solutions techniques et exercices pratiques)

1 avril - 26 avril

Le Chef Opérateur : préparation d’une fiction

(aspects artistiques, solutions techniques et exercices pratiques)

Descriptif :

Objectifs principaux :

La formation a pour objectif de s’approprier ou se réapproprier les bases et les fondamentaux du métier de chef opérateur de cinéma (c’est à dire cadreur et directeur de la photographie) :

– Maîtriser les aspects techniques : l’optique, la sensitométrie, les procédés techniques de fabrication de la lumière, le fonctionnement des caméras argentiques et numériques.

– Connaître les fondamentaux esthétiques : les notions d’histoire de l’Art, de la peinture, les différentes écoles esthétiques au cinéma, expressionnisme, lumière classique, baroque, moderne.

– Comprendre les différents corps de métiers qui s’expriment par l’image et en relation avec celle-ci : la scripte, l’assistant à la réalisation, le département décoration.

– Donner les clefs de compréhension des aspects fondamentaux de la peinture, de l’adoption de la convention de la perspective jusqu’à l’apparition du cinéma.

– Réfléchir à la mise en image des moments clés du scénario par le biais de l’art du découpage.

– Connaître la physique des phénomènes lumineux du point de vue optique et physiologique.

– Comprendre le fonctionnement du matériel à disposition du chef opérateur, analyser les caractéristiques.

– Penser les effets spéciaux dès la prise de vue. Cas des transparences, des incrustations, des fonds verts…

– Comprendre le travail des comédiens, cas de l’école du « texte », issu du théâtre, cas de la « méthode ».

– Savoir mettre en pratique la préparation d’un film avec des plans de lumière.

Télécharger la fiche

Déroulement de la formation

Les réalités du marché et les contraintes d’un tournage réduisent le temps de préparation d’un chef opérateur et l’obligent ainsi à acquérir une méthodologie de travail adaptée.

Semaine 1 : Les bases esthétiques

Jour 1 : Les fondamentaux esthétiques

L’histoire de l’art et les règles de la composition :
– Les clefs de compréhension des aspects fondamentaux de l’art.
– L’invention de la perspective (le XVe siècle, les oeuvres de Masaccio et de Piero della Francesca, etc), la science et l’art. La première caméra : la camera obscura.
– La Renaissance et son âge d’or jusqu’au baroque.
– La révolution de l’art (le 19ème) : la naissance de la notion d’artiste, la modernité, l’âge d’or des modernes, la seconde modernité (abstraction, le cas particulier du collage), la fin de la perspective.
– Réflexion et analyse des « peintres de la lumière »,
– Etude de cas : Vermeer, Caravage…
– Les règles de composition : analyse, histoire et pratique.

Jour 2 : Les fondamentaux esthétiques (suite)

L’histoire de la photographie :
– Une double invention, une double question : art ou technique ? (Niepce, Daguerre, Talbot).
– Art versus technique : le collodion humide versus le daguerreotype.
– Un cas à part : Roger Felton.
– Pictorialisme et straight photography.
– La photographie de témoignage : la photographie sociale (de Riis à Evans, Lange).
– La photographie de guerre : la 1ère guerre mondiale, la guerre d’Espagne (Robert Capa), la seconde guerre mondiale (Lee Miller).
– 1945 : naissance de la street photgraphy française puis américaine.
– 1970 à 1980 : la diary photography (Mapplethorp, Nan Goldin, Francesca Woodman).
– La staged photography.
– Étude de cas.

Jour 3 : L’histoire des écoles esthétique au cinéma

– La lumière au cinéma.
– La protohistoire (les opérateurs Lumière, la captation, l’ère du quantitatif).
– La première école : l’expressionnisme allemand (l’école du « Stimmung », le collage : Weine, Murnau… avec des opérateurs comme Fritz Arno Wagner).
– Une école française née de l’expressionnisme : le réalisme poétique (Clair, Clément… le travail d’Alekan, le travail de Trauner).
– L’invention du cinéma classique : l’âge d’or hollywoodien (Hitchcock mais aussi Welles… le travail de Lee Garmes, de Gregg Toland, de Robert Burke).
– Le néoréalisme italien : l’art du témoignage (Rossellini, de Sica…).
– La modernité au cinéma : la lumière homogène, la lumière hétérogène (Bresson, Godard, Cassavetes… le travail de Coutard, d’Al Ruban).
– Le cinéma du « look », les années 80, 90, naissance du post-moderne.

Jour 4 : L’objet scénario, le découpage

Lire un scénario, comprendre ses pivots :
– Les trois actes d’Aristote.
– Les 12 étapes du héros de Campbell.
– Les 7 clefs de Truby.

Le découpage en tant que technique :
– Rappel des valeurs de plans.
– Les règles de découpage du cinéma classique, les détournements de ces règles par le cinéma moderne.
– Les questions posées par le découpage : les questions spatiales, temporelles, la mise en mouvement du spectateur…

Jour 5 : Le Louvre

Matin :
Rappel de l’histoire de l’art, compréhension et études d’œuvres in situ.
Travail de recherche des lignes de force sur des oeuvres.

Après-midi :
– Méthodologie du découpage, exercice pratique.

Semaine 2 : les bases techniques

Jour 1 : La lumière d’un point de vue technique

– Physiologie de l’œil, perception des phénomènes.
– La lumière : théories corpusculaire et ondulatoire.
– Les couleurs primaires, la température de couleur.
– L’optique, les aberrations.

Jour 2 : La technique et le matériel technique en lumière et machinerie

– Les différents systèmes de production de lumière (l’incandescence, la luminescence, cas des LED, le régime d’arc, cas des HMI).
– La machinerie.

Jour 3 : La technique et le matériel de prise de vue

– Cas de l’argentique : les différentes caméras, les différents procédés, le traitement en laboratoire.
– Cas du numérique : les différentes caméras, l’échantillonnage, la quantification, le log, les lut, 2K, 4k, système en 444, en 422…

Jour 4 : La technique particulière des SFX et VFX

– Les effets spéciaux doivent être pensés dès la prise de vue.
– Les transparences, cas du « dôme » et des écrans LED.
– Les incrustations : comment les préparer?
– Les fonds verts : pratique du fond vert, cas du matte-painting.

Jour 5 : Travaux pratiques

– La préparation en image, recherche et fabrication d’un « moodboard ».
– La recherche iconographique (cas de la peinture, de la photographie, de l’audiovisuel).
– Les listes de matériel lumière : comment s’y prendre ?

Semaine 3 : le chef opérateur comme référent

Jour 1 : Les équipes (1/2)

L’équipe image :
– Hiérarchie de l’équipe image.
– Le travail de chacun : les compétences, les responsabilités.

L’équipe mise en scène :
– Le travail autour du plan de travail : les contraintes, les solutions.
– Les rapports à la scripte, les rapports au découpage.

Jour 2 : Les équipes (2/2)

L’équipe décoration :
– Les recherches : couleurs, matières, design…
– L’aspect collaboratif.
Lumière et décor : une double intégration.
Rencontre avec un(e) chef(fe) déco.

Jour 3 : Les listes de matériel

– Etude technique du scénario.
– Les listes de matériel (première liste : la liste du chef opérateur) et les besoins humains.
– Etude du matériel disponible « attendu » et spécificité de celui-ci.

Jour 4 : Préparer les essais artistiques

– Tests de filtres : les filtres de diffusion.
– Tests de matériel spécifique.
– Essais de KL, essais de contraste ?
– Exercice pratique autour du scénario étudié.

Jour 5 : Mise en pratique

– Suite et fin de la recherche iconographique.
– Suite et fin des exercices de découpage.
– Préparation du « cahier du chef opérateur ».

Semaine 4 : La pratique

Jour 1 : Mise en pratique

– Le plan de lumière : un peu d’histoire : Hollywood et les trois points. L’approche d’Alekan.
– Réflexion autour de la lumière : lumière point, lumière surface.
– Quelques formules indispensables : éclairement, intensité lumineuse, comment anticiper la puissance d’un projecteur dans un décor ?

Jour 2 : Mise en pratique concrète

– Exercices pratiques : analyse et reproduction d’images. Quelques plans sont tournés et comparés avec les images de référence.

Jour 3 : Analyse d’images et plans de lumière

– Analyse d’images : comment s’inspirer de son propre moodboard ?
– Les plans lumière, leur concrétisation : comment anticiper sur « plan » ?
– Mise en pratique des plans de lumière sur les décors choisis.

Jour 4 : Le terrain

– Découpage, repérages : savoir appréhender un décor, savoir le mettre en lumière.
– Le repérage : que regarder, les pièges du repérage. Les outils indispensables.
– Exercices de plans de lumière et de découpage : suite à un repérage, comment s’adapter ?

Jour 5 : Le bilan

– Rencontre avec le réalisateur du film étudié : son rapport à l’image, son rapport aux comédiens.
– Projection du film.
– Bilan de la formation.

Télécharger la fiche

Vous êtes :

  • Intermittent(e) du spectacle
  • Auteur(e)
  • Salarié(e)
  • Journaliste pigiste
  • Demandeur(se) d’emploi

Prochaines dates

Et aussi...

13
Mai
Réalisation fiction de TV ou cinéma
13 mai - 31 mai
3 semaines - 105 heures
21
Oct
Le travail d’étalonnage avec DaVinci Resolve
21 octobre - 8 novembre
3 semaines - 105 heures
4
Nov
Réalisation de fiction TV ou cinéma
4 novembre - 22 novembre
3 semaines - 105 heures

« La formation a été un élément déclencheur dans ma carrière. Les problématiques qui y sont abordées m’ont permis de consolider les connaissances pratiques, acquises tout au long de mes études et de ma vie professionnelle.
De mon point de vue, la technique et la pratique s’acquièrent sur le terrain et évoluent avec les nouveaux outils qui sortent chaque année (caméras, machinerie, lumières…). Par contre, la méthodologie qui regroupe les connaissances théoriques et organisationnelles (Pourquoi vais-je choisir cette caméra ou ce projecteur plutôt qu’un(e) autre ?…) fait partie d’un socle de connaissances indispensables et qu’il est impératif d’avoir intégré pour mieux appréhender le métier. »

Mehdi N.

Le Chef Opérateur : méthodologie de préparation d'une fiction

« Avant de débuter cette formation, j’avais une échéance : le tournage ambitieux de « J’aime Eva Marsh », un court métrage fantastique réalisé par Rémy Rondeau et produit par Origine Film. Ce n’était pas la première fois que j’étais chef opérateur mais le tournage s’annonçait difficile : des enfants, de l’eau, des effets spéciaux et beaucoup de machinerie…
Cette formation m’a permis de prendre conscience du travail à effectuer en amont, de mieux anticiper les problèmes et de préparer le tournage sereinement. Etant le plus souvent assistant caméra, c’était la partie du travail de chef opérateur que je ne pouvais pas observer.
Et on peut dire que cela a été une réussite puisque le tournage s’est très bien passé et le film rencontre aujourd’hui un bon succès en festivals : 9 prix et 26 sélections !
Désormais j’arrive sur les plateaux mieux préparé et mieux organisé. Les tournages sont moins stressants. Et surtout, j’ai l’impression d’avoir progressé ! »

Elric L.

Le Chef Opérateur : méthodologie de préparation d'une fiction

Détails

Start:
1 avril
End:
26 avril
Catégories d’évènement:
,