09 81 24 66 25
Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Programmation et diffusion vidéo pour le spectacle

4 mai 2020 - 22 mai 2020

Programmation et diffusion vidéo pour le spectacle

Descriptif

La rencontre du spectacle vivant et des nouvelles technologies apporte un souffle nouveau à l’art visuel. Intégrer la nouvelle technologie à la création permet de combiner le décor virtuel et réel, et d’accompagner les projets artistiques.

Le secteur du spectacle vivant étant déjà très impacté par la crise sanitaire, le choix d’une technologie en lien avec un projet artistique prend encore plus de sens aujourd’hui. Il peut répondre notamment à la contrainte de distanciation sociale lors d’une projection sur les monuments, bâtiments, églises, places publiques…
En intérieur, la vidéo est un élément du décor et joue son rôle dans la scénographie. Son utilisation permet une économie importante dans la création de décors, et est très mobile et facile à installer lors de manifestations. La création d’ambiances permet de projeter un coucher de soleil, un feu de maison, ce qui laisse libre cours à toute création.

Les différents tableaux d’un spectacles peuvent ainsi s’enchaîner sans contrainte, et les espaces extérieurs peuvent être largement utilisés pour des projections.
C’est en s’appropriant la culture numérique et technologiques que les régisseurs, concepteurs, opérateurs, techniciens… répondront au besoin technico-artistique de l’art numérique.
Être en capacité de choisir une technologie en lien avec un propos artistique dans le cadre d’une création représente une valeur ajoutée et une pertinence professionnelle.

Télécharger la fiche

Déroulement de la formation

semaine 1 :

Jour 1 : Introduction au mapping

Histoire du video mapping et problématiques d’écriture.
Repères esthétiques et historiques, contextes d’utilisation.
Découverte des capacités de Millumin, compréhension de l’ergonomie globale et de la plilosophie du logiciel. Les codecs vidéo, les formats vidéo (résolutions, ratio d’image, etc.).

Jour 2 : Mapping avancé

Mapping avancé (effets de warp).
Création d’animations et timeline.
Utilisation de masques. Utilisation des shaders dans Millumin. Utilisation de surfaces multiples et de différents Canevas.

Jour 3 : Diffusion

    Le vidéoprojecteur, son fonctionnement les technologies existantes. Mise en place technique de projection (position et résolution des VP, etc.).
    Déterminer la distance de vidéo-projection, choix et réglage de l’optique.
    Calibration du Projecteur Vidéo.
    Mapping vidéo sur maquettes en carton plume.
    Carte vidéo externe (e-GPU). Multi-écrans Soft Edge.

Jour 4 : Interactivité

    Video mapping et Interactivité : mise en œuvre de dispositifs vidéo réactifs .
    Protocoles MIDI et OSC.
    Contrôleurs tactiles.
    Synchronisations et Timecode.
    Protocole DMX, ARTNET.
    La vidéo par IP : NDI et syphon.
    Mise en œuvre d’une Kinect, Leap motion.

Jour 5 : Interaction avec le son

    Liens possibles entre Ableton Live et Millumin.
    Contrôle de régie via Ableton.
    Introduction à Max For Live et fabrication d’un device pour le contrôle en OSC.
    Contenu vidéo génératif audioréactif : analyse en amplitude et en fréquence, capteurs de déclanchements.

    semaine 2 :

    Jour 1 : Introduction à Jitter

      Prise en main de jitter : principes fondamentaux, logiques de programmation.
      Opérations sur les matrices, prise en main des objets openGL.

    Jour 2 : Mises en application dans Jitter

    THEORIE :

    • L’organisation en 3 écrans : le bureau (chutiers et fenêtre de projet), le composer (écran source, écran montage et timeline), le moniteur “plein écran”.
    • La multiplication des pistes : son (gestion des pistes quantar, bounce bipiste), VFX (différentes générations VFX). L’économie des pistes.
    • L’appropriation de l’interface : à ses propres besoins, sa logique, son confort (settings, outils), choisir les outils appropriés à la fiction, observer les autres méthodes.

    PRATIQUE :

    • Les participants continueront de pré-monter les séquences attribuées, assistance individuelle selon les besoins (problèmes ou visionnage de séquences pré-montées).
    • Vérification de l’avancement du travail collectif sur le “séquencier page” après l’avoir complété, gardant à l’esprit l’objectif.

    Jour 3 : Le montage d’une scène d’action

    THEORIE :

    • Visionnage et analyse d’une scène d’action.
    • Les différents types d’action : poursuite (voiture, course, etc…), combat (fight, fusillade, etc…).
    • L’accélération ou la dilatation du temps : rendre certaines phases plus efficaces (accélérés, time warp), un chronomètre dans la tête (savoir tricher le temps pour qu’il semble réel), la restitution cohérente du temps et de l’espace (l’exemple du “Split Screen”).

    PRATIQUE :

    • Les participants continueront de pré-monter les séquences attribuées, assistance individuelle selon les besoins (problèmes ou visionnage de séquences pré-montées).
    • Mise en pratique des connaissances acquises sur le montage d’une scène d’action.

    Jour 4 : Le début d’un épisode

    THEORIE :

    • Captiver l’attention du spectateur : l’exposition efficace du conflit narratif, le résumé des précédents épisodes, la promesse de “production value”.
    • Soigner particulièrement le début : une entité en soi, toutes les couches sémantiques utilisées (image, VFX, son, sound design, musique)
    • Les chapitres d’un épisode : la séquence narrative (regroupement de plusieurs séquences scénaristiques), le climax (terminer un chapitre pour mieux redémarrer le suivant), les moyens d’emphaser (son, jeu de comédien, échelle de plan), les codes d’ellipse de la série.

    PRATIQUE :

    • Les participants continueront de pré-monter les séquences attribuées, assistance individuelle selon les besoins (problèmes ou visionnage de séquences pré-montées).
    • Mise en pratique des connaissances acquises sur le chapitrage en vérifiant celui de l’épisode monté.

    Jour 5 : La musique et le sound-design

    THEORIE :

    • Accompagner l’image : la notion de synchronie (point de concordance sur l’axe paradigmatique), monter la musique sur l’image (et non le contraire), le moment adéquat pour l’adjonction de musique.
    • La séquence musicale elliptique : le passage du temps (un résumé, une accélération), du clip, mais pas tout à fait, le basculement dans un autre espace temps.
    • La gestion de la musique : le compositeur de la série (brief narratif), utilisation de musique pré-existante, de la musique maquette, de la musique des saisons

    PRATIQUE :

    • Les participants continueront de pré-monter les séquences attribuées, assistance individuelle selon les besoins (problèmes ou visionnage de séquences pré-montées).
    • Mise en pratique des connaissances acquises sur la musique en calant l’une d’elle sur l’une des séquences montées.
    • Vérification que l’avancement du travail est bien respecté et qu’un premier assemblage sera fait en semaine 3.

    semaine 3 :

    Jour 1 : Le premier assemblage / premier montage

    THEORIE :

    • Le montage de la copie : initier le chapitrage (transitions, ellipses), choisir une version de séquence, regarder ou non avant le réalisateur.
    • L’analyse du premier montage : la prise de note en cours de projo, le couple réalisateur/monteur, la confrontation de l’efficacité scénaristique à l’efficacité filmique (ce qui fonctionne ou pas), la cohérence du jeu, le chronométrage total
    • La manipulation de la structure : le séquencier étiquette (une vision globale du montage), la position d’une séquence, la transformation narrative d’une séquence, la création de séquences narratives, le chapitrage.

    PRATIQUE :

    • Les participants mettront en pratique les connaissances acquises sur le premier montage en assemblant leurs séquences et échangeront leurs blots pour monter la première copie.
    • Visionnage du premier montage : analyse des qualités et défauts de ce premier montage et établissement d’un plan de travail pour les jours à venir.

    Jour 2 : L’analyse, une gymnastique de distantiation

    THEORIE :

    • La perte de distance : l’implication émotionnelle du monteur, la relecture de ses premières notes, la rapidité dans l’analyse, la déception.
    • Les moyens de distanciation : la formalisation narrative, le lieu de projection, le support de projection (écran plasma, moniteur, etc…), montrer à une tierce personne, le choix et la planification de ces moyens.
    • La remise en cause de la structure : savoir tricher (le temps, l’espace, le sens), rendre possible (“en montage, tout est possible, sauf l’impossible”).
    • Les différentes homogénéités : la compréhension comme premier objectif, le jeu des comédiens (moyens d’améliorer), le rythme (notion d’analogie, rythme propre de l’image), la respiration (establishing shots, etc…).
    • Les coupes franches : la redondance d’informations, la suppression de séquence, la coupe texte (masquer au naturel).
    • La hiérarchie des transformations : la progressivité dans le processus de transformation, ne pas se perdre, savoir remettre à plus tard.

    PRATIQUE :

    • Les participants mettront en pratique les connaissances acquises sur les transformations de montage pour améliorer et homogénéiser leurs blots respectifs de séquences.

    Jour 3 : Les projections « production » et « diffuseur »

    THEORIE :

    • La préparation d’une projection : un produit semi-fini (les sons d’ambiance, la musique, le sound design, l’audio-mix AVID), l’amélioration (entre projo de production et diffuseur), le test de la salle de projection (son image).
    • La présentation avant projection : préambule du réalisateur, du monteur (repréciser les enjeux et objectifs, l’absence de mixage/étalonnage/trucage), la prise de notes pendant la projection (réactions des spectateurs).
    • Le débat après une projection : le rôle du réalisateur, du monteur (savoir se taire), comprendre et accepter les critiques, les propositions (décoder le sens des critiques), l’apport artistique du producteur (détenteur du produit fini), le droit de regard du diffuseur (coller à sa ligne éditoriale, comprendre les enjeux politiques).

    PRATIQUE :

    • Les participants mettront en pratique les connaissances acquises sur la préparation d’une projection pour transformer, améliorer et homogénéiser leurs blots respectifs de séquences. Il complèteront aussi l’adjonction de musique en vue d’une projection de production.
    • Visionnage du second montage : analyse des qualités et défauts de ce second montage et établissement d’un plan de travail pour les derniers jours.

    Jour 4 : La fin du montage (le début des étapes de finalisation)

    THEORIE :

    • Les dernières modifications : rester vigilant (perte de distance, sens, etc…), dernière opportunité de satisfaction.
    • La transmission aux autres techniciens : envoi des différents exports (confo, VFX, montage directs, son, bruitage, post-synchro, mixage), la projection de détection – les différents les procédés sémantiques mis en place.

    PRATIQUE :

    • Les participants continueront de transformer, améliorer et homogénéiser leurs blots respectifs de séquences. Il complèteront aussi l’adjonction de musique en vue d’une projection de diffusion et prépareront une copie la plus propre possible.

    Jour 5 : La recherche de travail

    THEORIE :

    • “Savoir faire” et “faire savoir” : informer son réseau professionnel, pousser les bonnes portes sans déranger, bande démo et page web, savoir montrer sa détermination.
    • Saisir toutes les opportunités : court-métrage, programmes courts TV, assistanat montage.

    PRATIQUE :

    • Les participants termineront de transformer, améliorer et homogénéiser leurs blots respectifs de séquences.
    • Visionnage du montage final : analyse et commentaire des qualités et défauts de ce montage final.

    Bilan de la formation.

    Télécharger la fiche

Prochaines dates

1
Nov
Le montage de séries : fiction web et télévision
1 novembre - 19 novembre
3 semaines - 105 heures

Et aussi...

24
Mai
Ecrire un documentaire
24 mai - 11 juin
3 semaines - 105 heures
31
Mai
Storyboard : narration et dessin
31 mai - 18 juin
3 semaines - 105 heures
7
Juin
Techniques de préparation aux scènes d’action
7 juin - 18 juin
2 semaines - 70 heures
14
Juin
14
Juin
21
Juin
Millumin : programmation et diffusion vidéo pour le spectacle
21 juin - 2 juillet
2 semaines - 70 heures
21
Juin
Le travail d’étalonnage avec DaVinci Resolve
21 juin - 9 juillet
3 semaines - 105 heures
28
Juin
Créer, programmer et mixer avec les outils de MAO
28 juin - 16 juillet
3 semaines - 105 heures
5
Juil
Droits et contrats musicaux
5 juillet - 7 juillet
3 jours - 21 heures
29
Nov
Réalisation de fiction TV ou Cinéma
29 novembre - 17 décembre
3 semaines - 105 heures

« Cette formation sur le montage de séries m’a réellement passionnée. Le formateur a su nous transmettre toutes les clés, à la fois techniques, réflexives et humaines, pour travailler dans le milieu de la série. Grâce à cette formation, ma vision de la fiction a changé. J’appréhende mieux certains mécanismes et techniques qui me servent au quotidien dans le montage de bandes annonces, notamment comment savoir pitcher et toujours respecter les enjeux des personnages. Je n’ai pas encore franchi le pas du montage télé au montage fiction, mais cela ne saurait tarder. »

Chloé R.

Le montage de séries : fictions web et télévision

Détails

Début :
4 mai 2020
Fin :
22 mai 2020
Catégories d’évènement:
,