Télécharger la fiche complète

Les objectifs de cette formation sont :

– Savoir définir son point de vue, préciser et justifier ses partis pris artistiques.
– Analyser la composition d’un plan.
– Effectuer le découpage complet d’un film de fiction.
– Construire un imaginaire visuel à travers la recherche et la conception des décors.
– Visualiser son film grâce au story-board.

CONTENU DÉTAILLÉ

La réalisation d’un projet implique de se poser beaucoup de questions techniques, artistiques, économiques. Où poser la caméra, comment diriger les acteurs, quel décor choisir,…
Comment transformer et préparer un scénario pour en faire un film abouti ? Comment un récit peut-il s’incarner dans des décors et des personnages réels ? Comment une histoire peut-elle s’inscrire dans un espace et un temps donné ?
Le passage du texte à l’image est un exercice difficile qui demande des compétences techniques mais aussi et surtout artistiques, à savoir une méthodologie, une capacité d’adaptation, de l’imagination et si possible de l’inspiration.
Développer ses capacités artistiques, sans se soumettre à aucun dogme. Tel est le but de la formation. Apprendre à maîtriser la grammaire du langage cinématographique pour mieux s’en affranchir, se l’approprier pour mieux garder sa liberté créative.
A partir d’un scénario de fiction, chaque participant sera accompagné dans sa réflexion sur l’élaboration du contenu visuel d’un projet, puis dans sa mise en forme, du découpage jusqu’au storyboard.

1ère semaine : Du scénario au découpage technique
Jour 1 : Analyse critique des projets : codes, genres, styles.
Déterminer la facture artistique de son projet : choix de la lumière (traitement de l’image photographique) et du format.
Caméra à l’épaule ou sur pied, steadycam, machinerie.
Plans fixes ou mouvements de caméra, plan-séquence ou séquences très découpées.
Analyse d’extraits de films.
Note d’intention de mise en scène : chacun rédigera une note d’intention définissant ses choix artistiques.

Jour 2 : Dépouillement du scénario : rôles, costumes, décors, accessoires, lumières, didascalies.
Mise en scène : scénographie, positions et déplacements des personnages dans les décors.
Simulations de mise en place sur le plateau : chacun jouera le rôle de doublure.
Plans au sol : les stagiaires indiqueront les déplacements de leurs personnages dans chaque séquence de leur scénario sur des plans au sol.

Jour 3 : Savoir où poser sa caméra : point(s) de vue de la séquence : subjectif/objectif, unique ou pluriel. Choix des axes (lois des 180° et des 30°).
Champs, contre-champs, hors-champs, entrées de champ, sorties de champ.
Ellipses. Les mouvements de caméra.
Angles de caméra, le choix des optiques et de la valeur des plans.
Analyse d’extraits de film.
Pré-découpage : à partir du plan au sol de chaque décor, les stagiaires indiqueront les positions de caméra et le nombre de plans de chaque séquence.

Jour 4 : Construire une séquence : raccords, enchaînements de séquences, progression de la séquence, ouverture et clôture de la séquence.
Analyse d’extraits de film.
Découpage technique : chacun dessinera sommairement dans un cadre le contenu de chaque plan (rough de story-board).

Jour 5 : Découpage définitif. Analyse critique des découpages techniques.
Le travail du chef opérateur.

2ème semaine : Du repérage à la conception des décors
Jour 1 : Dépouillement des décors et des accessoires pour chaque projet.
Décors en studio / décors naturels.
Les trucages liés au décor et les effets spéciaux numériques.
Analyse d’extraits de film.

Jour 2 : Recherches graphiques et iconographiques.
Quelles sont les banques de données?
Comment faire une recherche?

Jour 3 : Repérages (photos, vidéos).
Faire appel à un repéreur.
Exercice de repérage en extérieur sur un des décors étudiés.

Jour 4 : Le travail du chef décorateur.
Sa vision d’un projet.
Les plans et maquettes : importance pour le réalisateur.
Analyse de plans.
Les rapports avec un chef décorateur, savoir lui faire comprendre un souhait.

Jour 5 : Analyse critique des dossiers artistiques.

3ème semaine : Du découpage au storyboard
Jour 1 : Composer un cadre : Amorces, profondeur de champ.
Choix des couleurs, gestion des lignes et des formes, mise en valeur des perspectives.
Analyse d’extraits de film et de storyboard.

Jour 2 : Le travail du storyboarder.
Ses rapports avec le réalisateur.

Jours 3 et 4 : Etablissement d’un storyboard.
La qualité de dessin n’aura pas d’importance ici.
Le travail servira à déterminer et matérialiser les choix de réalisation effectués.

Jour 5 : Analyse de tous les travaux, réflexions.
Bilan de la formation.

Télécharger la fiche complète